voilacestdit

voilacestdit

Baisse la pression, tu nous les gonfles (Episode 2)

A la manière de San-Antonio


Baisse la pression, tu nous les gonfles...

Episode 2

3

IL NE SUFFIT PAS D'ETRE CONS :

ENCORE FAUT-IL QUE LES AUTRES

LE SOIENT AUSSI!

Dans la grande salle de réunion, toutes les délégations sont là, sauf une, la CéeFTéCé, dont le représentant est à chaille. Il y a, dans un coin, la CéGéCé, et, plus visibles, souvent plus bruyants, emmenés par La Rognée (le DS central CGT), célèbre pour se défouler à temps régulier le coléreux, les CéGéTeux, et pour donner la réplique, à l'autre bout, la CéQFDéTé, avec son représentant incontournable, Le Bouseux<!--[if !supportFootnotes]--> ( le DS central CFDT)  qui en connaît vachetement un rayon dans les étables de la loi..

La Bombe accueille son monde et se les met au pas. L'ordre du jour a 3 points, pas un de plus. On va présenter les objectifs du projet, l'organisation des modalités de la négoce, et recueillir les sujétions des délégations, si y en a.

Va pour les transparents, mais t'en fais pas, c'est le support qui est transparent, pas forcément le message qu'est dessus, dis, faut savoir se réserver des zones d'aleas, c'est là que tu jactes (alea jacta est).

Le premier des transparents te parle des motifs pour quoi on renonce aux zaccords de 82. Tu te souviens peut-être que que les vrais motifs étaient pas trop avouables... La Bombe était chargée d'en trouver des bons. Elle était fiéro d'avoir zob tenu de Zouzou qu'on présente les choses comme consécutif  : c'est la faute à l'absentéisme, faut le dire, il a cru (l'eusses-tu cru toi-même) jusqu'à des hauteurs pas admissibles. Et de te balancer des chiffres, vlan ! prends ça dans les chailles : dans l'année, 173 matous et matouses indisponibles, 45 607 jours paumés, 342 052 heures paumées... y a de quoi faire péter la crémaillère, non ? Alors on va corriger le tir, un bon naccord, un nouveau, qui va donner du temps libre, et les absents seront priés de s'absenter sur le temps libre. Chiffres à l'appui, on saura mesurer le succès. Les locdus ont l'air un peu dubitatifs, mais ça passe, au moins pour le moment.

Le deuxième transparent accroche un peu plus. Il dit : "On va faire mieux avec la même chose" Là, les locdus sentent le piège. Quant au troisième transparent, qui énumère un certain nombre de mesures accessoires envisagées, il déclenche carrément l'ire de La Rognée, comme quoi c'est revenir sur des zavantages zacquis, et ça non, les CéGéTeux feront zob truction !

Là-dessus, on passe au deuxio des points à l'ordre du jour : passer un accord sur la manière dont on va mener l'accord. C'est les CéQFDéTistes qui demandent ça. Par chance, personne d'autre réclame un pré-accord sur l'accord qui organise les modalités de négoce de l'accord, tu me suis ?


Après moult négociations, on approche d'un accord sur l'accord. Mais 2 organisations restent réticentes. Les CéGéTeux rognent noir. Ils ne veulent pas signer parce que le calendrier de négoce est trop court : ça engendre une obligation de résultat, inacceptable ! Les CéQFDéTistes ne veulent pas signer non plus. La charge de travail est trop abondante pour les locdus en négoce : ils veulent des moyens, des heures de délégation, et que le calendrier soit revu !

Ca peau-de-banane vilain ! Rien n'est commencé, et ça cartonne dur. Faut pas paumer le contrôle de son self !  On n'a pas le temps de discuter sur le temps, tu vois le problème. Comment on va amorcer la pompe, voila la bonne question, et la réponse n'est pas zaizée. Les locdus réclament un break. On leur donnera, mais avant on leur dit qu'il faut choisir un nom pour le projet.

Les CéGéTeux rognent noir. Quoi ? Un nom pour le projet, alors que le projet, c'est pas demain la veille etc... Nom de nom, c'est non!

Voilà quand même une liste proposée [liste authentique, y a rien à inventer, tu vois la chance] :<!--[if !supportFootnotes]-->


        Le temps réfléchi                      Le temps apprivoisé          Symbiose

       Gestion du temps                      Le temps d'un projet         Oxygène

        L'échelle du temps                    Droit de regard                 Horizons

        Le regard du temps                   Le temps compté             Regain

        Le temps poursuivi                    Le temps approprié          Ressource

        Le temps assorti                       Le temps pesé                  Respiration

        Le temps programmé                Le temps restauré            Le temps pluriel

        Le temps départagé                  Le temps réparti              Juste à temps

        Le temps équité                        Un temps pour tous         Le temps provision

        Le temps réflexe                       La clé du temps                Le temps perçu

        Le temps repère                       Le temps pour idées         Le temps compris       

        Le temps associé                      Le temps jalonné             Le temps d'une escale

        Le temps employé                    Futur simple                      Le temps de vivre

        Le temps profit                         Le temps ouvert                Le temps permis

        Le temps conjugué                   Le temps construit             Objectif temps

        Le temps credo                     La concordance des temps    Le temps prévu

        Un autre temps                       Le temps voulu                   Le temps autrement

        Le temps de voir                     Le temps en plus                 L'accord des temps

        Le temps des uns                   Le temps des autres                 

Tu piges, ça fait un peu emprunté, cette avalanche de temps-ci, et temps-ça, alors, ton serviteur, qui emprunte les routes (sans oublier de les rendre), il a pas osé proposer sa contribution perso :


                                       "Au temps en emporte le vent" !

Les locdus, qui ont de la suite dans la nénette, se laissent pas déstabiliser : les voilà qui réclament à cor<!--[if !supportFootnotes]--> (non, ne lis pas trop vite, c'est pas un accord qu'ils réclament) et à cri un  break! Faut passer par là, et donc, on breake!

          


4

LA REPONSE EST NON

MAIS QUELLE ETAIT LA QUESTION ?

Voila les locdus qui profitent du break pour concocter une AG. La réponse est  non, mais il s'agit de savoir quelle est la question ? Ca pétasse dur dans les rangs des locdus.

Tu me diras (tu as de la suite dans les idées, tu te creusais déjà la ciboulette chapitre 1) : mais qu'est-ce qu'un locdu ? Espère, tu vas le savoir, Edouard !

C'est des syndicats qu'il s'agite ! D'aucuns disent que le syndicalisme est à la société moderne ce que le mercurochrome est à la jambe de bois, bon,  n'attends pas que j'entre dans ce débat... Si non seulement t'es langue de bois,  mais en plus on te gratifie d'une jambe de bois, tu vois le tableau, et le mercurochrome, il fait que de rajouter de la couleur (rouge)...

Qu'est-ce qu'un locdu, donc ?  C'est une espèce plutôt en voie de disparition, dans les catégories de Darwin. Un locdu, tu vois, ça a pour fonction de produire de l'excitation. Un locdu se réfère à sa  base. Le polygone d'excitation est généralement inversement proportionnel à la surface de la dite base. Voila , t'as tout compris, ou presque. J'ajoute qu'un locdu se dira à l' écoute de sa base, mais le problème, c'est aussi qu'il sache se faire entendre de sa base, et là c'est une autre paire de manche<!--[if !supportFootnotes]-->...

Voilà donc les locdus qui se réunissent en assemblée générale. Ils ont trouvé la question. Après une bonne séance de remue-méninges collective, ils sont arrivés à ça : la question est de savoir s'il faut, ou non, signer l'accord sur l'accord. Ca pétasse dur dans les rangs. Mais le Bouseux va reprendre les choses en mains. Il galvanise la quasi-foule :

"Chez moi, qu'il dit, les vaches c'est des bestiaux dont les pattes descendent jusque-z-à-terre. Tâchez aussi, vous autres, d'avoir les guibolles qui descendent  jusque-z-à-terre ! Soyez du terrain!  Certes, c'est moi qu'ai demandé un accord avant l'accord, parce qu'il faut un peu formaliser... Des règles, voilà ce qu'il nous faut, du gouvernement par les règles!  La règle, ça donne l'occasion de demander plus. Exigeons plus de moyens, plus d'heures, plus de quoi encore ? Plus de considération ? Oui, c'est cela ! Plus de considération ! Un estatut, réclamons un estatut pour locdus !"

L'assemblée opine du chef. L'éloquence l'emporte. A l'unanimité  (et à l'inanité)  la décision est prise : on ne signera pas ! Et de se farcir une bafouille au Président (au Président de quoi, au fait ? Pour les uns, c'est un PéDéGé, pour les autres, non.  Le Bouseux, qui s'y connaît parce qu'il fréquente le Conseil, et il en est assez fiérot, des fois il se prend même pour le Président,  remet les pendules à l'heure : c'est le Président du Directoire). Voilà la bafouille, avec copie à la Direction du Turbin :

 "Monsieur le Président,

C'est nous qu'on est les locdus. On veut de la considération. Allez pas croire qu'on en a, non, vos super-viseurs n'en ont cure, c'est pour quoi, nous, on veut un estatut, faute de quoi, peau-de-balle, on vous le signe pas votre accord sur l'accord, et donc encore moins l'accord. C'est comme qui dirait un préalable. On attend, monsieur le Président, votre réponse à cette bafouille, qu'on a écrite avec copie conforme à la Direction du Turbin. Veuillez croire, monsieur le Président, à notre considération, de nous à vous".

La bafouille dont je t'ai causé est envoyée en plein août.


Il faut un peu de temps au Grand Boss pour répondre (il a droit aussi de se bronzer les orteils  au soleil du grand large) !


Mais il leur répond, droit dans les taloches, qu'ils ont leur dû, les locdus, et que ça va bien comme ça ... Pour l'estatut, y a pas deux classes de citoyens chez HP, alors c'est  : non !
<!--[endif]-->

Bon, après cet échange de bafouilles, où est-ce qu'on nannai?

On est en septembre, ça peau-de-banane un peu vilain, mais, comme disait l'autre Président (un Ex) : "Laissons le temps au temps"...

Le temps est une manne mystérieuse : c'est quand on ne trouve plus rien qu'on le rencontre ! Un grand père de l'Eglise<!--[if !supportFootnotes]--> [St Augustin] a eu ces profondes pensées : "Qu'est-ce que le temps ? Si personne ne me le demande, je le sais; mais, si on me le demande, je ne sais plus... Je sais que si rien ne passait, il n'y aurait pas de temps passé".

Tu vas un peu réfléchir là-dessus : cloque ta pensarde en pas de vis, et on pourra peut-être reprendre le cours de cette stupétrange histoire, que je te raconte pour ton instruction, n'oublie pas, grand, et tâche de pas déjanter ! Te complais pas dans de moroses délectances, ça manque de dignité.

Suite au prochain épisode.




25/03/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 56 autres membres