voilacestdit

voilacestdit

Dérisoire démocratie

 

 

« Dérisoire » : « Qui paraît ridicule par son caractère médiocre : Les mesures pour faire face à cette crise sont dérisoires »     (Dictionnaire)
 
 
 Nous vivons une période sombre, crépusculaire. Pas de perspectives. Fatalisme. Ce qui arrive devait arriver et on ne peut rien faire pour s’y opposer. Impuissance des politiques. Démocratie dérisoire. «  Dérisoire » : « qui paraît ridicule par son caractère médiocre: Les mesures pour faire face à cette crise sont dérisoires » ( dictionnaire).
 
Marcel Gauchet (philosophe, auteur douvrages parmi lesquels Le Désenchantement du monde, LAvènement de la démocratie, La Condition politique etc.) estime dans LExpress (22/10) que tous les dirigeants européens ont en commun « lincapacité dune pensée stratégique, linaptitude à se projeter dans ce monde globalisé et à définir la place que lon doit y occuper».  Cette incapacité de penser, linaptitude à se projeter, définir sa place etc. n’est pas, me semble-t-il, le lot des seuls dirigeants ou disons que les dirigeants, en cela, sont à l image de l’ensemble de la nation qui se trouve piégée dans cette situation datonie, significative d’un terrible affaiblissement, ou un affaissement sur lui-même de notre système politique qu’est la démocratie.
 
Les États se sont dépouillés de leur souveraineté dans des domaines qui étaient essentiels pour lexercice de laction démocratique et son efficacité comme, par exemple, la monnaie :  à la place, lEurope sest dotée dinstitutions supranationales technocratiques : les commissions font leur propre jeu sans réel contrôle et en imposent aux États, qui ne peuvent que suivre en bons, ou moins bons élèves (ce vocabulaire en dit long sur la réalité de la place occupée  : nous voilà comme dans une salle de classe en face d’un maître qui de droit détient le savoir). Dérisoire démocratie.
 
LÉtat, à l’intérieur, ne cesse de se désengager de responsabilités qui étaient les siennes et assuraient à la fois cohérence et solidarité : des pans entiers du domaine public sont livrés (souvent dans des conditions aberrantes) à des intérêts privés, ou bien fleurissent un peu partout des "Hautes Autorités" (Haute Autorité de Santé, Haute Autorité pour la transparence de la vie publique etc.) qui signent autant de renoncements à lexercice des responsabilités sous le contrôle démocratique.
 
L’exercice de la démocratie locale est pareillement en maintes occasions faussé. Il faut des résistances, parfois des affrontements, voire un drame comme récemment sur le projet de barrage de Sivens, pour mettre à jour les faux-semblants de processus qui nont de démocratique que lapparence. Les agriculteurs bénéficiaires du projet de retenue d’eau crient au scandale : bien sûr que la décision de construire le barrage est démocratique puisque celle-ci a été prise dans le cadre de débats au sein de la Compagnie générale des coteaux de Gascogne [CACG], société déconomie mixte qui intervient dans les chantiers régionaux liés à la répartition de leau. Sauf que.
 
Sauf que les dés sont pipés puisque ce sont les mêmes élus de la région, qui d’un côté sen remettent à la CACG pour réaliser les études qui concluent à la nécessité de construire la retenue deau, et lui confient la maîtrise de louvrage (sans aucun appel doffres…),  et de l’autre siègent au sein de la même CACG [présidée par le vice-président du conseil général du Gers] : ce qui sappelle être juge et partie. Les avis négatifs de la Commission de la protection de la nature nont pas été considérés. Et lon sétonne après, quand le débat a été biaisé, quil resurgisse, sous dautres formes, la violence appelant la violence : violence physique des affrontements entre gendarmes et militants ; violence verbale des agriculteurs qui en arrivent à traiter les défenseurs de lenvironnement [qui se nomment « zadistes », de ZAD : zone à défendre] de « djihadistes verts »… Dérisoire démocratie.
 
Comment redonner sens à notre démocratie ? Il faut, me semble-t-il, en premier lieu, sortir impérativement de la situation dentre-deux où nous nous trouvons vis-à-vis des instances supérieures de lEurope. On ne peut pas rester au milieu du gué. Faire marche arrière est illusoire : il faut mobiliser les énergies, orienter les volontés, pour aller plus avant. Cest cela quon peut attendre, quon est en droit dattendre de nos dirigeants. Peu importe le « cuir tanné » (on sait quun dirigeant doit avoir la santé, mais le débat nest pas là), la question nest pas de « se cramponner » , elle est d’indiquer une direction, avoir une grande vision pour aller plus avant et redonner à la démocratie les moyens de la démocratie.
 
Redonner aussi à la démocratie les moyens de la démocratie dans lexercice local en ne tolérant plus toutes ces situations génératrices de possibles conflits dintérêts : je ne comprends pas de ce point de vue quon tarde tant (c’est bien qu’il y a des intérêts en jeu) à interdire le cumul des mandats, qui non seulement confisque le pouvoir entre les mains d'un petit nombre alors qu'il faudrait le répartir auprès du plus grand nombre, mais nuit absolument par ses effets pervers à lexercice de la démocratie.


09/11/2014
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 51 autres membres