voilacestdit

voilacestdit

He Wifu, Le voyage d'un peintre chinois dans les Alpes

 

En allant voir au musée de l'Ancien-Evêché de Grenoble l'exposition "He Yifu : Le voyage d'un peintre chinois dans les Alpes", je ne m'attendais pas à une telle rencontre. La peinture de He Yifu ne renouvelle pas seulement le genre des représentations traditionnelles de nos peintres de montagnes, elle offre un regard nouveau, différent, étrange dans un premier temps.
 
La première surprise est de voir nos paysages alpins, connus, familiers pour certains, comme mis à distance. Traités comme une peinture chinoise de montagne "shan", et d'eau "shui", ils prennent une allure étrangère, comme le sont pour nous des paysages chinois baignant dans des brumes évanescentes. Cette impression d'étrangeté est renforcée du fait que le peintre chinois ne  cherche pas à reproduire l'objet réel mais opère une sorte de transmutation dans laquelle s'inscrit sa sensibilité.

 

He Yifu nous dit : "La peinture traditionnelle, traduction d'un monde en trois dimensions sur une surface plane, est le reflet d'une réalité qu'on ne peut qu'imaginer [...] Le peintre comme le spectateur doit faire preuve d'imagination. Il doit suivre les conseils de Qi Baishi (1864-1957) "La subtilité de la peinture chinoise consiste à chercher l'équilibre entre ressemblance et non ressemblance" et se souvenir de Zhuang Zi (philosophe taoïste, vers 475 av. J.-C.) qui, lui, parlait de 'ressemblance impalpable'".

Ce que nous propose le peintre c'est une image de la perception qu'il a du paysage. Pour autant il ne nous impose pas son regard personnel. "Ma peinture est une résonance, un écho des sentiments éprouvés. Mais elle n'est pas directement le reflet de mes propres états d'âme car le peintre ne doit pas, dans son oeuvre, s'appesantir sur son sort ou traduire directement ses problèmes".

La résonance qui fait écho a une dimension universelle qui rejoint subtilement chacun d'entre nous.

Ainsi après le temps de la distanciation vient celui de la réappropriation, Les paysages redeviennent familiers, ce sont les nôtres, mais les voici habités différemment, traversés par un souffle, construits autour de ce souffle, cet élan vital qui anime la nature et se donne à voir à travers le jeu des consistances atmosphériques, les lignes de fuite des eaux, l'infinie subtilité des dégradés de couleurs.

L'alchimie qui se produit est une belle invitation au voyage intérieur.

 

 

 

 calligraphie :"Insolite, beau et hallucinant, Moustiers-Sainte-Marie est aussi un lieu angoissant, plongé dans un mystère insondable"

 

 

 

 

 

La Suiffière, Saint-Pierre de Chartreuse, Isère

 

 

 



30/11/2010
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 49 autres membres