voilacestdit

voilacestdit

L'humanité a atteint ses limites...

 

 
 
Un ami, Pierre-André C., que je remercie ici, m’a transmis il y a quelque temps un texte qui réellement donne à penser. Il s’agit d’une interview du professeur Jean-François Toussaint, médecin cardiologue formé à Harvard, qui enseigne la physiologie à l’Université Paris Descartes et dirige l’IRMES, l’Institut de Recherche bioMédicale et d'Épidémiologie du Sport, qu’il a créé en 2006. Dans cette interview, le Professeur Toussaint, s’appuyant sur ses propres recherches en physiologie et sur des observations statistiques, avertit : l’homme a atteint ses limites, biologiques, physiologiques, environnementales. Dans tous ces domaines, il a atteint un plafond.
 
Ces limites sont aujourd’hui mesurées de plus en plus précisément sur un très grand nombre d’indicateurs. Quelque exemples parmi ceux pointés par Jean-François Toussaint :
 
-  Dans le domaine physiologique : Les performances sportives plafonnent ; les records mondiaux, c’est fini ! « On a repris toute l’histoire du sport moderne depuis plus de 120 ans et cette étude nous montre que la distribution de ces records suit des lois très simples. Cette distribution se déroule progressivement dans le cours du XX° siècle avec une accélération et puis un ralentissement dans les dernières décennies, et pour certaines disciplines, des plafonnements depuis trente ans.  En dehors de cela, ce que ces courbes montrent c’est que la moyenne générale est celle de l’atteinte de plafonds par rapport à une asymptote théorique. Nous sommes arrivés à 99 % de nos capacités par rapport à ce que nous étions en 1896. À cette époque nous étions à 66 % de nos capacités, ce qui signifie que le gain a été énorme puisqu’on a rajouté le tiers des capacités qui nous manquaient. Le problème c’est que maintenant, nous n’arrivons pas à aller plus loin. »
 
-  Dans le domaine biologique : L’espérance de vie est au taquet.  « Lorsque l’on observe attentivement les données [statistiques], on voit que l’évolution des "super-centenaires", c’est-à-dire des individus qui atteignent plus de 110 ans, arrive progressivement à des plafonds. Nous sommes en train de connaître un ralentissement de la progression de l’espérance de vie, contrairement à tout ce que l’on pensait. Nous sommes en train d’atteindre nos plafonds d’espérance de vie. »
 
- L'économie est à bout de souffle : ce domaine typiquement sociétal est lui aussi affecté par les lois naturelles. « L’augmentation progressive de la croissance des économies d’abord européennes (avec la colonisation au XIX° siècle qui a tiré le parti du développement industriel) plafonne. Les pays européens vont être les premiers à atteindre ces plafonds, avant que l’Amérique du nord ne les suive, puis l’Asie et potentiellement l’Afrique. [...] Toute cette histoire [économique] nous lie à notre capacité à utiliser l’énergie pour développer des capacités qui décuplent nos capacités physiologiques. C’est donc bien dans l’ensemble de cette construction générale que s’inscrit l’histoire humaine, que s’inscrit l’histoire des sociétés ; l’économie et elles n’ont aucune raison de ne pas respecter ces lois, puisqu’elles en sont issues.»
 
Ces limites, nous dit Jean-François Toussaint, ont toutes un rapport avec les grandes régulations qui mènent le monde. Car l’homme est un vivant, et « le vivant est issu des opérations de la matière inerte : il subit donc les lois de la physique et de la chimie ». Depuis que la vie est apparue sur notre planète, il y a 3,8 milliards d’années, l’évolution s’est sans cesse complexifiée, avec des formes et des règles du vivant de plus en plus diversifiées, mais il est une constante : comme la matière inerte, les règles du vivant doivent respecter des règles physico-chimiques fondamentales - des ‘invariants' qui régissent la totalité de ce qui existe dans notre univers connu.
 
Parmi les invariants, Jean-François Toussaint cite : les formes d’organisations fractales, la loi scalaire du métabolisme de repos... ou encore, autre exemple d'invariant : la relation entre le nombre de pulsations cardiaques et la durée de vie.  « Dans l’immense classe des mammifères, de la petite souris dont le cœur bat à 600 pulsations par minute, jusqu’à la baleine dont le cœur bat à 10/15 pulsations, mais qui ont deux espérances de vie opposées (2 ans pour la souris et 90 ans pour certaines baleines) les deux animaux vont avoir le même nombre de battements à la fin de leur vie. On a donc pour ce groupe entier, en l’occurrence celui des mammifères, un rapport pulsations cardiaques/durée de vie, qui est une constante. 1,5 milliards de battements dans une vie, 3 milliards pour certaines exceptions, mais pas plus. »
 
Ces lois du vivant conduisent à fixer des limites. Sous certains aspects, nous avons, selon les recherches du professeur Toussaint et de ses équipes, déjà atteint les limites et sommes face à un plafond infranchissable.
 
 
 
Comment réagit-on face à ce sévère constat  ?
 
Une première réponse, malheureusement la plus répandue dans nos sociétés, consiste à l’ignorer, continuer comme si de rien n'était. Il en va comme des limites de la vieillesse qui n’alertent pas. Ainsi des économistes et des politiques qui continuent de tout miser sur la croissance, comme si celle-ci était indéfinie, comme si les ressources naturelles n’étaient pas limitées, comme si les énergies fossiles n’étaient pas épuisables, comme si la pollution, le réchauffement climatique ne modifiaient pas les grands équilibres, comme si on pouvait impunément faire fi de tout bilan énergétique. C’est aller droit dans le mur.
 
Une autre forme de réaction est le refus, la contestation - le déni. Ainsi des transhumanistes, qui se rêvent en surhomme modifié par la technologie, dans un monde voué à la machine hors des limites du vivant. Apôtres du cyborg [pour « cybernetic organism »] et de l’ « homme augmenté », ils visent l’immortalité et la surpuissance sur terre -  la négation donc de toutes limites humaines. Leur idée : il faut en finir avec l’humain, supprimer l'imperfection humaine. « Il n’y a pas à s’émouvoir particulièrement de la fin de l’homme », assure Foucault. Les repères liés aux limites et à l'apprentissage de la finitude sont effacés. 
 
Une attitude plus responsable est d'accepter en pleine conscience les limites. Accepter les limites, physiologiques, biologiques, environnementales, c'est les reconnaître et composer avec elles, plutôt que sciemment les ignorer ou les dénier - et ceci amène à une vision complètement renouvelée, ce qui oblige à changer de comportements, arrêter de vouloir aller toujours plus loin dans les performances physiques (souvent au prix de tricheries, dopage etc.), arrêter de développer indéfiniment la recherche (à quel prix !) dans l'espoir vain de repousser les limites de la longévité (dans quel but, pour quoi faire ?), inventer de nouveaux modèles de développement "économes".
 
Des idées, des initiatives ? Il n’en manque pas ! Si vous ne l’avez déjà fait, courez voir le film Demain  [qui vient de recevoir le César du meilleur film documentaire]. Vous rencontrerez des femmes, des hommes qui localement, à leur niveau, dans leur village, leur cité, leur ferme réinventent l’agriculture, l’énergie, l’économie, créent des monnaies locales, des jardins communautaires, des entreprises coopératives, de nouveaux types de gouvernance démocratique ou d’éducation bienveillante. Ces multiples initiatives, saines, intelligentes, ne sont pas morcelées, elles partagent une même vision globale et cohérente :  ce changement radical de vision par rapport aux grandes institutions, économiques et financières, qui gouvernent le monde, introduit quelque chose de nouveau qui constitue une réelle émergence, annonciatrice d'un monde renouvelé respectueux de la planète.
 
 

Post scriptum 

La revue Commencements initiée et animée par mon ami Thierry Groussin avait déjà interviewé certains des créateurs de projets acteurs du film Demain mettant en lumière les thèmes évoqués dans le film.
 
Cf les numéros 9, 8, 7 et 6 de la revue, ici en accès libre :
 


13/03/2016
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 56 autres membres