voilacestdit

voilacestdit

Les pouvoirs de résistance


Tragédie ? Comédie ? Tragi-comédie ? On n'en finit plus de savoir à quel saint - si saint il y a dans une crise - se vouer. Les Grecs nous jouent des tours, avec cette idée de référendum, à ce moment si crucial ? Mais si c'était simplement l'exercice de la démocratie ? Comme disait le vieil adage latin  Quod omnes tangit ab omnibus approbetur : "Ce qui concerne tout le monde doit être approuvé par tous". Mais depuis, exit le référendum.

N'empêche que le débat initié par ce projet avorté n'est pas sans intérêt : comment faire la part entre le légitime souci de faire participer tous ceux qui sont concernés, le calcul politique, la lassitude d'un dirigeant esseulé...

Et le peuple, dans tout cela ? Le vieil adage rappelé plus haut avait ce sens : la collectivité est la source de l'autorité publique et elle en constitue le but. Il fondait, en somme, une théorie du droit de résistance, on ne peut plus actuelle.

La capacité d'empêchement, le droit de dire non est le mode d'action originel véritablement structurant du champ politique. Les pouvoirs revendiqués par les premiers états généraux en France ? Le droit de récuser certains membres du Conseil du roi, et les "droits de surveillance" [qui consistent à demander des comptes sur l'administration financière]. Cette question des pouvoirs de résistance est toujours au centre des préoccupations des philosophes politiques au XVIIIième siècle, qui se tournent vers l'Antiquité romaine pour trouver des modèles, au rang desquels figurent les tribuns du peuple - ou l'image qu'ils s'en faisaient : "Leur pouvoir consistait plutôt à empêcher qu'à agir" lit-on dans L'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert. Un seul tribun pouvait tout arrêter par la seule prononciation du mot veto : "je m'oppose".

Les révolutionnaires français ont longuement débattu de la question d'un Tribunat qui institutionnaliserait le rôle de modernes tribuns "gardiens de la souveraineté du peuple", "conservateurs" des droits du peuple face à sa représentation - mais sans aboutir. Robespierre fustigeait l'idée de deux pouvoirs parallèles : la représentation et le contrôle de celle-ci. "Il n'y a qu'un tribun du peuple que je puisse avouer : c'est le peuple lui-même" [Discours du 10 mai 1793].

Le peuple lui-même - mais sous quelles formes ? La souveraineté d'empêchement ne souffre pas d'une représentation. Ce doit être un droit directement exercé. Ici pas d'institution qui tienne lieu de peuple.

Les événements de la crise grecque nous rappellent tout cela. Ainsi que le mouvement des Indignés : expression directe d'un pouvoir de résistance.



05/11/2011
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 49 autres membres