voilacestdit

voilacestdit

En passant rue Pierre-Brossolette

 

 

 À un bloc de l’ENS rue d’Ulm à Paris, passant rue Pierre-Brossolette (l'homme politique résistant récemment entré au Panthéon) devant lÉcole supérieure de physique et de chimie industrielles de la ville de Paris (dont Pierre-Gilles de Gennes a été le directeur de 1976 à 2003), mon regard a été attiré par une série de panneaux apposés sur les grilles de l’École, consacrés à de grandes photographies de cristaux accompagnées d’un texte de commentaire. « Le parti pris de l’exposition, peut-on lire, a été d’associer à un échantillon exceptionnel de la collection du Musée de minéralogie une anecdote insolite en relation avec le métal présenté ».
 

 

 IMG_6020.jpg

 

 
J’ai appris ainsi curieusement, par exemple, au sujet de la galène, qui est un sulfure de plomb, qu’« on attribue une partie de la chute de l’Empire romain à l’empoisonnement au plomb de ses classes dirigeantes. Non contents, en effet, d’avoir un système de distribution d’eau fait de tuyaux en plomb, les Romains ajoutaient du diacétate de plomb dans leurs vins pour les conserver ».
 
Il y a certainement de multiples facteurs qui entrent dans l’explication de la chute d’un Empire ou d’une civilisation, politiques, moraux, économiques... environnementaux aussi, et cette thèse [avancée par l'américain Colum Gilfillan dans les années 1960] d'un empoisonnement au plomb comme un facteur majeur de la chute de l'Empire, pour insolite qu’elle soit, n’est peut-être pas à écarter. Montesquieu, en 1734, dénombrait 19 facteurs de décadence - ce pourrait être le vingtième. Le problème des canalisations en plomb, et de la teneur en plomb dans certains aliments, ou dans l'air, a été assez récemment identifié (interdiction des tuyauteries en plomb, suppression du plomb dans l'essence et dans certains produits industriels comme les pigments de peinture etc.). Mais l'espèce humaine et tous les vivants pourraient bien aussi disparaître suite aux empoisonnements liés aux pollutions, pesticides, rejets toxiques, radiations etc. auxquels ils se trouvent inexorablement exposés. 
 
 
Sur un autre panneau on peut lire :
 
IMG_6025.jpg

 
L’image est accompagnée du commentaire suivant : « Le tantale, issu du coltan, un minerai contenant de la columbite et de la tantalite, s’avère nécessaire à la fabrication des condensateurs miniaturisés des téléphones et ordinateurs portables. Comme d’importants gisements sont cause de guerres ethniques dans certaines régions africaines, un label « conflict free » a été mis en place aux États-Unis pour garantir une autre origine du minerai ».
 
Pas de tantalite, pas de SMS : ce n’est qu’un raccourci, mais il rappelle à bon escient, dans notre monde qui se veut de plus en plus « dématérialisé », et aime à s'appréhender dans l’« immatériel », que la matière est à l’origine des choses. La matière, ça représente le solide, c'est ce qui résiste, comme le réel, opposé au virtuel, malléable à volonté.
 
On a remarqué aussi que le mot materia se rattache à mater, et cela concorde bien avec l’idée de Terre-Mère d’où nous tirons nos ressources - des ressources « naturellement » limitées qui attisent, parce que limitées, des intérêts, des trafics, des guerres : une manière de comprendre autrement le célèbre adage de Protagoras selon lequel « l’homme est à la mesure de toutes choses » : pas parce qu'il injecte du sens dans le monde, sans lui les choses ne seraient pas, mais au contraire parce qu'avec lui les choses sont détruites.
 
 
J’apprends encore, sur un autre panneau de l’exposition, qu’à côté des cristaux on a maintenant des quasicristaux.

 

Ces quasicristaux, explique-t-on,  « bousculent nos fondements de la cristallographie. Dans un cristal, les atomes s’ordonnent en structure périodique sous la forme d’un pavage régulier qui se répète, comme dans un pavage de salle de bain. En 1982, Daniel Shechtman, Prix Nobel de chimie en 2011, découvre des alliages métalliques présentant toutes les caractéristiques d’un cristal. Pourtant les atomes de ces derniers ne sont pas ordonnés en structure périodique. Le terme quasicristal désigne alors ces matériaux qui présentent une organisation atomique ordonnée, suivant une forme régulière, mais qui ne se répète jamais tout à fait, comme dans une mosaïque andalouse ou marocaine ».
 
 
IMG_6033.jpg

 
Voilà de quoi méditer sur l’ordre du monde. Peut-être la nouvelle société, à l’image des quasicristaux, évolue-t-elle de façon un peu décalée, se révélant comme une quasistructure, qui bouscule les fondements de ce qu'on connaissait jusqu'à présent comme des structures traditionnelles. Mais en somme, peut-on se demander, qu'est-ce qui est premier, de la structure ou de la quasistructure ? 
 
 


14/06/2015
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 50 autres membres