voilacestdit

voilacestdit

Une crise qui laisse à désirer

 

La crise que nous vivons si brutalement nous a proprement sidérés [malgré quelques prémonitions : voir précédent billet d'humus  Prémonitoire sur ce blog], par sa soudaineté, par son ampleur, par son effet domino mondialisé, par son aspect multiforme.

 

Sidéré : - 1. 1903 "frappé d'un anéantissement subit des forces vitales" (Janet, Obsess. et psychasth.); 2. 1923 "frappé brusquement d'une profonde stupeur" (Lar. univ.). Emprunté au latin sideratus, part. passé de siderari  "subir l'influence funeste des astres", dérivé de sidus, "étoile".

 

Sidérés, il y a de quoi l'être, par tous les aspects que l'on découvre jour après jour, - le plus sidérant à mon sens étant que le virtuel des opérations financières qu'on nous décrit (on achète avec de l'argent qu'on n'a pas, on revend ce qu'on n'a pas, on hypothèque une dette sur une autre dette, on manie des millions d'euros ou de dollars qui, au fait, n'existent pas etc.) en est venu à avoir raison du réel destin d'hommes, de femmes, emportés dans le tourbillon des licenciements, du chômage "technique" (!), de la pauvreté qui peut guetter même ceux qui ont un travail, et tous les laissés pour compte.

 

Comment réagir ? Que faire ? (ne rien faire c'est subir en victime, or la victimisation si prônée dans notre société est une voie sans issue).

 

Comment se sortir de la sidération ? Le sidus, pour les Anciens, évoquait l'immobilité de la voute céleste à laquelle ils croyaient. Etre sidéré, c'était comme être scotché, paralysé, incapable du moindre mouvement, devenu immobile sous l'influence des astres, ceci provoquant un anéantissement subit des forces vitales.

 

Sortir de la sidération, c'est proprement desiderare - racine étymologique du mot désir - se mettre dans la situation inverse de l'éternelle immobilité : la vie et le mouvement.

 

La crise laisse à désirer : profonde sagesse inscrite dans les mots du langage !

 

Ainsi sommes-nous conviés à explorer l'opportunité que présente la crise (en chinois c'est le même idéogramme qui signifie "crise" et "opportunité"). Opportunité de nous réinscrire dans le mouvement du vrai désir : passer au crible nos modes de consommer, nos comportements, nos façons de faire, - à l'aune du : en vue de quoi ? pour quel bénéfice, personnel et pour les autres ?

 

En présence d'une grande déception, nous ne savons pas si c'est la fin de l'histoire. Cela peut être précisément le début d'une grande aventure [T. Falise].

 

 

 

 



16/12/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 49 autres membres