voilacestdit

voilacestdit

"Rétablir les principes d'une vie démocratique..."

 

Les signes de la dégradation de notre vie politique se multiplient. Au point que le candidat Bayrou envisage, s'il était élu, un référendum de "moralisation de la vie politique". Ce référendum viserait, a-t-il dit, à "rétablir les principes d'une vie démocratique saine et équilibrée".

Et de détailler quelques aspects de la loi-cadre qu'il soumettrait à référendum : gouvernement resserré à moins de 20 ministres, cumul des mandats «interdit» pour les députés dès 2012 et «limité» pour les sénateurs, nombre de députés abaissé de 577 à environ 400, Assemblée nationale élue aux trois quarts au scrutin majoritaire actuel et au dernier quart à la proportionnelle, reconnaissance du vote blanc, obligation effective de parité hommes-femmes, suppression des micro-partis individuels, définition du conflit d'intérêt, interdiction du retour dans la vie publique des élus condamnés pour corruption, indépendance de la justice et des médias... etc.

Ces propositions ne manquent pas d'intérêt, mais je m'interroge si cette recherche de "moralisation" - louable en soi - est bien à la hauteur de l'enjeu fixé : "rétablir les principes d'une vie démocratique saine et équilibrée". N'est-ce pas mettre la charrue avant les boeufs ?

Je pense que si l'on veut agir au niveau des "principes" il faut réellement remonter à ce qui est premier. Et la démocratie d'aujourd'hui étant ce qu'elle est - c'est-à-dire une démocratie représentative [nous ne retrouverons jamais les conditions du modèle grec de démocratie directe au IVième siècle avt J.C. : l'assemblée du peuple de la cité-État réunissait 2000 à 3000 citoyens], la question de la qualité de la représentation est première.

Que devons-nous attendre en premier lieu de nos politiques -  sinon une réelle capacité à affronter un monde en mutation ?

De ce point de vue, à observer la campagne qui se déroule sous nos yeux, comment ne pas être frappé par l'inanité des débats ? Parle-t-on de demain, du monde qui vient, des défis qui nous attendent, de la manière de les relever ? Nous prépare-t-on à regarder le reste du monde, à adapter nos modes de vie à une croissance moindre voire à une décroissance, à consommer différemment, à vivre avec les autres sur une planète qui devient un grand village etc.

Rétablir les principes d'une vie démocratique saine et équilibrée, c'est certes lutter contre toutes les dérives monarchiques du pouvoir dès qu'il est en place - de droite, de gauche - moraliser la vie politique - mais si les représentants du "peuple souverain" avaient une obsession en tête : non pas courir après l'électeur, mais se préparer, nous préparer collectivement à affronter le monde de demain, le reste viendrait de surcroît.

 

 

Le soc de la charrue n'est pas fait pour le compromis

Henri Michaux, Poteaux d'angle

 

Suivez-moi sur Twitter : @voilacestdit


26/02/2012
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 56 autres membres